Navires égyptiens et la haute mer

Navires égyptiens et la haute mer

 

1.Généralités

Le transport des gens, des minéraux et des marchandises entre l’ancienne Égypte et des lieux éloignés était beaucoup plus important et courant qu’on ne l’imagine habituellement. Les mers ne constituaient pas des barrières mais plutôt des autoroutes pour un commerce international intensif. Le transport maritime et fluvial a été (et il l’est toujours) le moyen le plus sûr, le plus économique et le plus efficace de voyager, à la fois pour les gens comme pour les marchandises. Le transport terrestre est un complément pour les marchandises importantes/volumineuses.

Les Égyptiens de l’Antiquité avaient les moyens de voyager en haute mer, grâce à un nombre important de bateaux de grande qualité. Ils possédaient aussi les connaissances géographiques pour voyager en pleine mer. Les preuves démontrent que leurs moyens et leur savoir leur permettaient d’atteindre les pays les plus éloignés de la terre. Les pages suivantes décrivent en détail l’abondance de navires de grande qualité et la connaissance des anciens Égyptiens des voyages en haute mer.

Antérieurement, nous avons expliqué leur connaissance des étoiles et de la surface de la Terre (incluant les surfaces recouvertes d’eau).

 

2. Les navires égyptiens

L’Égypte antique possédait les moyens, les connaissances, le matériel et l’expérience pour transporter les personnes et les marchandises par voies maritime et terrestre. La qualité des navires de l’Antiquité était parfaitement reconnue et appréciée quand la barque de Khufu (Khéops), âgée de 4500 ans, fut découverte près de la Grande Pyramide de Gizeh durant les années 70. Cette barque qui héberge maintenant un musée, est supérieure et beaucoup plus navigable que le Santa Maria de Christophe Colomb, le Mayflower ou les navires des Vikings. Les preuves matérielles indiquent clairement que les Égyptiens avaient les possibilités de naviguer en haute mer. Un peu plus tard, des détails vous seront donnés sur des bateaux possédant des dimensions supérieures à celles du navire de Khéops.

[Navire de Khéops]

La barque de Khéops est l’un des plus grands navires de l’Antiquité ayant été découvert à ce jour. Le plus long des bateaux vikings découvert en Europe mesurait environ 30 m alors que la barque de Khéops fait 43,40 m. Elle a une largeur de 5,90 m et une hauteur de coque de 1,75 m, ainsi qu’un déplacement de plus de 40 tonnes. La proue, qui est faite d’une botte de papyrus, fait environ 6 m et la poupe s’élève à 7 m. Son gouvernail est composé de deux grosses rames. Le bateau possède plusieurs cabines sur le pont. Quelques indices prouvent que la barque de Khéops était utilisée. Des marques provoquées par le frottement entre les cordes et la coque sont bien visibles en différents endroits.

Le bateau est composé de plusieurs pièces de bois qui sont assemblées par des cordes. Avec l’humidité, les cordes rétrécissent et le bois se dilate. Ces deux phénomènes conjugués procuraient un scellement ferme et sûr qui rendait l’emploi de clous inutile. Cette méthode de construction permettait de démonter le navire et de transporter les pièces par voie terrestre jusqu’à atteindre une voie fluviale sûre et navigable. Cette technique ingénieuse de construction donnait la possibilité aux anciens Égyptiens de s’enfoncer dans les terres. De nombreux papyrus de toutes les époques de l’Antiquité attestent de cette méthode de voyage terre/mer.

Les anciens Égyptiens étaient célèbres pour la construction des bateaux dans l’ensemble du bassin méditerranéen, alors que les fûts nécessaires aux travaux de charpenterie de taille importante et à la construction des navires n’étaient pas disponibles en Égypte. Les Égyptiens de l’Antiquité possédaient une flotte importante à en juger par les énormes quantités de bois qu’ils importaient de Phénicie. Le besoin en fournitures de bois explique, au moins en partie, l’importance d’une implantation permanente, un genre de protectorat, pour les Égyptiens en Phénicie depuis les premiers jours de l’Ancien Empire (2575 AEC).

Les Égyptiens construisirent toute une série de bateaux spécifiques, bien adaptés à différents usages, ainsi qu’à la géographie et au climat pour le transport des personnes et des marchandises. Les navires égyptiens naviguaient sur les eaux du Nil comme en pleine mer depuis les temps les plus reculés. Les gabarits variaient considérablement; certains étaient énormes. Diodore mentionne l’un d’entre eux, construit dans du bois de cèdre sous le règne de Sésostris, qui mesurait 140 m. Les anciens Égyptiens connaissaient tous les types de vaisseaux commerciaux et militaires, voici plus de 5 000 ans, qui transportaient les marchandises aux côtes du nord de la Bretagne, de l’Irlande et de l’Europe. C’était bien avant que les Phéniciens deviennent des marins durant le premier millénaire AEC.

[Bateau à voile de la reine Hatchepsout lors de son voyage à Punt]

À une époque très ancienne, la construction de navires était intense. Même à l’époque de l’Ancien Empire (2575-2150 AEC), ils construisaient des bateaux de grandes dimensions, car nous avons entendu parler d’un grand vaisseau en bois d’acacia de 60 cubits de long et de 30 cubits de large… c.à.d. près de 30,50 m de long et 15,25 m de large. Un navire d’une telle taille était assemblé en 17 jours.

[Grand bateau à voile avec double-mât et de nombreux rameurs dans une tombe à Kom al-Ahmar au-dessus de Minya.]

Les illustrations de l’Ancien Empire représentent différents types de bateau comme des navires carrés, des bateaux à étrave, des remorqueurs, etc. Chaque sorte est adaptée à certaines fonctions/situations. Plusieurs modèles de bateau étaient employés dans les ports comme Canope (avant que ce ne soit Alexandrie) pour accomplir les activités du port. En plus des navires de fret, il y avait aussi de petits bateaux particuliers qu’on utilisait pour transporter de faibles charges.

Il existait de très grands navires de marchandises employés pour transporter les céréales, des pierres, des briques et même les obélisques géants qui étaient taillés à partir d’un seul bloc dans les carrières d’Assouan. On les emmenait par le Nil jusqu’au site du temple à Louxor et ailleurs.

Presque tous les bateaux étaient conçus pour naviguer à l’aide des voiles ou des rames. Quand il n’était pas possible d’utiliser les voiles, à cause de vents contraires ou des contraintes de navigation dans les canaux, les marins utilisaient des techniques de halage à l’aide de cordes et avec de plus petites embarcations. Aussi, les vaisseaux qui devaient emmener des marchandises imposantes étaient halés soit par des hommes, soit par d’autres bateaux, car ils étaient trop lourds pour se déplacer seuls. Par conséquent et même durant l’Ancien Empire, la plupart des navires étaient fournis avec un mât résistant pour y attacher une corde de halage. Beaucoup de bateaux de halage étaient équipés de mâts courts et perpendiculaires à chaque extrémité pour la corde de halage. Comme tous les vaisseaux de l’Ancien Empire, ils étaient guidés par de longues rames. Ce type d’embarcation était employé dans le transport des blocs (c.à.d. qu’il pouvait emmener des poids énormes) chargés depuis les carrières.

[Bateau de halage (2400 AEC) la caisse de bois entrepose des marchandises fragiles pendant le transport.]

Les gouvernails de la plupart des bateaux d’Égypte depuis l’Ancien Empire étaient constitués de deux grosses rames.

Tout au long de l’histoire égyptienne, la plupart des navires étaient décorés et parés de grandes peintures sur la partie avant. La poupe ressemblait à une fleur de lotus géante, le tranchant des rames du gouvernail à un bouquet de fleurs et le manche était sculpté dans la forme de la tête d’un neter (divinité).

Les anciens Égyptiens possédaient aussi une flotte navale dont la taille variait selon les besoins défensifs en haute mer pendant les différentes périodes de l’histoire du pays. Des navires spécifiques étaient construits pour le combat. Hérodote et Diodore mentionnent tous deux la flotte de longs vaisseaux, des navires de guerre, armés par Sésostris dans le Golfe d’Arabie. Ils étaient au nombre de 400 et il y a tout lieu de croire que le commerce et sa protection par les navires de guerre existait là-bas, déjà au moins à l’époque de la 12e dynastie, voici 4 000 ans.

[Bateau égyptien du Moyen Empire]

Les galères (navires de guerre), employées pour protéger la flotte commerciale contre les pirates des mers en dehors de l’Égypte, étaient différentes de celles du Nil. La proue et la poupe étaient plus basses. Sur chaque côté, il y avait un bastingage en bois sur toute la longueur du navire qui protégeait les rameurs des projectiles ennemis. Les manches des rames passaient par une ouverture dans la partie basse.

 

3. Les principaux ports côtiers d’Égypte

Les navires commerciaux de haute mer avaient à leur disposition plusieurs ports, des points de repère terrestres et maritimes, des installations de chargement et de déchargement, des points d’eau fraîche, des aires de repos et des équipements d’accueil. Plusieurs itinéraires, qui longeaient les installations, pouvaient être empruntés pour rejoindre les ports et les centres urbains situés le long du Nil.

La situation stratégique des voies maritimes et fluviales égyptiennes facilitait le commerce avec les trois continents dynamiques d’alors que sont l’Europe, l’Asie et l’Afrique. Des canaux de navigation construits par l’homme assuraient l’accès entre la Méditerranée au niveau de Canope (Alexandrie) et le canal navigable du Nil. Un autre canal navigable reliait le Nil à l’extrémité nord du Golfe de Suez, permettant l’accès à la mer Rouge, à l’Afrique, à l’Inde et à l’Est.

En plus des ports fréquents situés le long du Nil, il y en avait/a d’autres le long des côtes égyptiennes de la mer Rouge et de la Méditerranée. Ces ports assuraient le transport des gens et des marchandises vers et depuis tous les continents.

 

[Un extrait de La culture de l’Egypte ancienne révélée, Seconde Édition de Moustafa Gadalla]

Voir le contenu du livre à https://egypt-tehuti.org/product/la-culture-de-legypte-ancienne-revelee/

———————————————————————————————————————-

Magasins d’achat de livres:

A- Les livres de poche imprimés sont disponibles auprès d’Amazon.

——————-
B-le format PDF est disponible en…
i-notre site Web
II-Google Books et Google Play
—–
C-le format mobi est disponible en…
i-notre site Web
II-Amazon
—–
D- The Epub Format is available in…
i-notre site Web
II-Google Books et Google Play
III-iBooks, Kobo, B & N (Nook) et Smashwords.com