« Fausses portes » — le seuil métaphysique physique

« Fausses portes » — le seuil métaphysique physique

 

Sur le côté occidental de tous les temples égyptiens, les sanctuaires et les tombes privées de toutes les époques de l’histoire égyptienne ancienne, il ya toujours une fissure dans le mur-ou ce qui est communément décrit comme une fausse porte.

L’Occident est le point d’entrée de l’esprit des défunts. C’est le seuil entre le domaine physique terrestre et le domaine méta-physique.

La «fausse porte» est fondamentalement une forme de mur encastré avec des douilles de Pierre semblables dans les détails à une porte/fenêtre régulière qui est capable d’ouvrir et de fermer. La «fausse porte» peut prendre la forme de «Mehrab», une niche dans le mur qui peut contenir une effigie ou une relique.

Dans les temples divins, la fausse porte se trouve à l’arrière du sanctuaire et agit comme l’interface entre les sphères divines et humaines.

Les formes d’action humaine et le flux directionnel se terminent à la fausse porte, et l’écoulement des bénédictions divines commence et coule extérieurement vers l’entrée du temple.

En regardant, par exemple, au temple massif de Medinet Habu sur la rive ouest de Louxor — et en regardant son mur occidental —

 

nous trouvons — une fausse porte:

 

Plus au nord, à Abydos, nous trouvons une fausse porte similaire sur son mur occidental.

 

De même, à des centaines de tombes/mastabas sur le plateau de Gizeh:

 

De fausses portes se trouvent également le long des remparts occidentaux des tombes de Saqqarah:

 

Le terme «fausse porte» est lui-même un abus de langage, car, du point de vue égyptien, ces caractéristiques étaient des portails entièrement fonctionnels par lesquels l’esprit du défunt pourrait quitter ou entrer dans le tombeau intérieur pour recevoir les offrandes qui leur étaient présentées.

Caractéristiques complémentaires aux fausses portes dans les tombes:

1. la plupart de ces panneaux montrent le propriétaire dans les poses debout ou assis devant une table d’offrandes. Le corps du propriétaire est sculptée dans un aspect frontal, en sortant sur le seuil de la porte. Les reliefs du défunt dans une posture debout apparaissent également sur les montants de la fausse porte, représentant ainsi le propriétaire sortant pour recevoir les offrandes funéraires.

 

2. un tableau des offrandes devant le personnage décédé est empilé avec des pains en tranches de pain et des textes simples énumérant diverses offrandes de nourriture et de boisson qui s’étendent dans la gamme du pain de base et de la bière au boeuf et à la volaille, aux légumes, aux vêtements, et aux huiles sacramentelles. L’autel, avec ses tranches de pain, peut être complété par d’autres tables contenant des offrandes ou des vases de libation.

3. les visiteurs amènent les animaux sacrificiels et les oiseaux et coupent le taureau sacrificiel à la porte du tombeau. Au milieu se trouve l’homme décédé, assis sous son pavillon (signifiant un autre royaume) et recevant le sacrifice.

4. derrière la porte se trouve l ‘arbre funéraire principal. L’arbre principal conduisait du milieu du toit du mastaba à la chambre funéraire.

 

Les rencontres du Festival près des portes « fausses »

Pendant les festivals et les jours d’offrande, quand les visiteurs ont présenté le banquet avec les rites coutumiers, cette grande figure peinte, dans l’acte de progresser, et vu par la lumière des torches vacillantes ou des lampes fumeuses, pourrait bien sembler dotée de la vie. C’était comme si l’ancêtre décédé lui-même sortit du mur et mystérieusement se tenait devant ses descendants pour réclamer leur hommage. L’inscription sur le linteau répète, une fois de plus, le nom et le rang du défunt. On peut voir les portraits fidèles de lui et d’autres membres de sa famille dans les bas-reliefs sur les poteaux de porte. Ce scènes le décrivent assis tranquillement à une table avec les détails de la fête soigneusement enregistrées à ses côtés, dès le premier moment où l’eau est amenée à lui pour ablution à ce que quand, toutes les compétences culinaires étant épuisées, il doit revenir à son logement dans un état de satisfaction béatifiée.

Par la faveur divine, l’âme (ou plutôt les doubles [ka-s] du pain, de la viande et des boissons) passa dans l’autre monde et il rafraîchi le double humain [ka]. Il n’était cependant pas nécessaire que l’offre ait une existence matérielle pour être efficace. Le premier venu qui pouvait répéter à haute voix le nom et les formules inscrites sur la pierre sécurisées pour l’occupant inconnu, par ce moyen seul, recevait immédiatement toutes les choses qu’il avait énumérées.

 

[Un extrait de L’architecture métaphysique des anciens Égyptiens par Moustafa Gadalla]

Afficher le contenu du livre a https://egypt-tehuti.org/product/larchitecture-metaphysique-des-anciens-egyptiens/

———————————————————————————————————————

Magasins d’achat de livres:

A- Livres de poche imprimés  sont disponibles auprès d’Amazon.

——————-
B-le format PDF est disponible en…
i-Notre site Web
ii-Google Books et Google Play
—–
C-Le format Mobi est disponible en…
i-Notre site Web
ii-Amazon
—–
D-Le format EPUB est disponible en…
i-Notre site Web
ii-Google Books et Google Play
iii-iBooks, Kobo, B & N (Nook) et Smashwords.com